L'accueil de l'enfant et des parents
..............................................................................................................

Devenir parent s'expérimente tout au long des âges de la vie : la petite enfance, l'âge scolaire, l'adolescence...chaque étape représente un certain nombre de défis que parents et enfants ont à relever ! A un moment donné de l'histoire familiale, il est parfois nécessaire de trouver une aide, un support pour traverser les caps difficiles. Quand il s'agit de l'enfant, ce sont les parents et/ou l'environnement proche qui repèrent les difficultés, les blocages et formulent le mal-être perçu.
Mais vers qui se tourner ? A qui adresser sa demande d'aide  ?
Le psychanalyste d'enfant reçoit en fonction de l'âge de l'enfant et de la problématique énoncée, l'enfant accompagné de ses parents ou l'enfant seul.

Il est nécessaire que les parents, dans un premier temps, accompagnent l'enfant et puissent parler de l'histoire de cet enfant, devant lui - peut-être que des éléments de son histoire personnelle sont à lui signifier véritablement, en tant qu'il est détenteur de cette histoire et qu'elle le concerne directement. Le psychanalyste est là pour reformuler à l'enfant ce qui le concerne et lui appartient dans ce qui vient d'être énoncé par les parents. Il ne s'agit pas de dire TOUT et n'importe quoi à l'enfant, mais seulement ce qui le concerne de l'histoire familiale.
Dans un deuxième temps, lorsque l'enfant souhaite parler pour lui-même, il est reçu seul.

Quelques questions...
..............................................................................................................

Pour les parents :

De quoi pensez-vous que votre enfant souffre ?

Pour l'enfant :

Souffres-tu ?  De quoi souffres-tu ?  Qu'as-tu à dire ?

Il est permis à l'enfant qui vient en séance de tout dire, de dire avec des mots, des modelages ou des dessins.

Pour les parents qui se culpabilisent de faire appel à un thérapeute, il est important de savoir que personne ne saura mieux élever cet enfant qu'eux-mêmes. Françoise DOLTO disait que les parents restaient les éducateurs et quoi qu'ils fassent, les parents ont raison "pour maintenant".

PSYCHANALYSE - ARLES